mercredi, septembre 28, 2005

Coeur Ail et Persil façon retour du Marché ...


Dans la mesure du possible j'essaie chaque semaine de consacrer une matinée de mon week-end à mon marché, souvent le dimanche si je n'ai pas la flemme surtout quand il commence à faire froid. Sinon je me rabat sur les commerces de mon quartier.
Cette semaine j'ai eu la chance d'être plus disponible, et donc j'ai fait la causette avec ma Poissonnière, celle qui était en vacances en plein Blog Appétit m'abandonnant sans moules à Paris. Mon Boucher qui me parle de mon boulot chaque semaine manifestement très intéressé entre un steak et du collier. Mon Fromager qui me garde mon morbier, mon roquefort, mon chèvre et mes saint-marcellin. Mon Boulanger qui me choisi un bon pain turc tout chaud, et mon Épicier Oriental qui me parle du pays, de sa maison et de la qualité de ses olives aux piments ou aux citrons confits.


Bref même si certains dimanches matins difficiles je me force à sortir de mon lit, très vite j'ai du plaisir à échanger, et acheter de bons produits de saison tous frais. Cette semaine encore les étals étaient beaux et pleins de bonnes choses, et tout le monde veut vous faire goûter sa marchandise, d'ailleurs c'est presque si on n'a pas essayé de me faire manger de la salade c'est dire ...


Comme toutes les semaines aussi, le retour et le rangement des courses n'est pas le moment que je préfère. Tout déballer, ordonner, écosser voire nettoyer. Je passerai bien mon tour. Cela me ramène bien des années en arrière, où étant la seule fille de la maison j'étais la préposée au poulet, poisson (chic 2 kilos de sardines...) lapin, gras double et j'en passe et des meilleures, pourtant avec mon cher frère nous nous partagions les tâches, mais je pense qu'il avait dû amadouer Maman sur ce coup là, car si j'ai souvenir de l'avoir vu casser de la vaisselle en étant supposé la laver, étaler avec un chiffon de la sauce en essuyant la table, je ne me souviens pas de lui flambant le moindre volatile ou écaillant un poisson.


Non c'était moi la spécialiste ...
Il faut dire que depuis toujours je suis un peu "gore" :
Des boyaux à rincer : C'est pour moi !
Ébouillanter une panse à farcir ? Aussi !
Flamber vider une poulette ? Élémentaire, la routine ...
Du Lapin ? Ça marche aussi !


Cela m'a même aidé à la fac au début, pendant que mon binôme Katia tournait de l'oeil, moi je continuais toute seule la dissection d'un oeil de boeuf justement.
Les dissections en travaux pratiques ? Comme dans la cuisine Maternelle.
Vous en connaissez beaucoup vous qui ont une trousse de dissection à la maison ? Ben moi Oui ! Quoi ? Tout le monde n'a pas une formation littéraire et à chacun ses objets souvenirs. D'ailleurs faudrait que je mette la main dessus ça pourrait me servir à préparer, parer ou brider ...
Rassurez vous je plaisante le hamster de ma Tata Maryvonne ne risque rien ... Je n'aime pas le hamster !
Bon depuis le temps vous savez maintenant qu'ici nous aimons la viande et que cela n'est pas un blog que végétarien, alors pas de sensiblerie que Diable.


Et justement dans la suite logique de toutes mes occupations post Marché, vient alors le moment préféré et apprécié : celui du repas, casse-croûte, brunch, salade, olives pain et fromages c'est selon. L'été j'apprécie des fritures de poissons, des salades fraîches et variées, mais dès que le froid se fait sentir j'aime prendre une collation plus conséquente, et là commencent mes steaks, merguezs, mes brochettes et autres grillades en tous genres pour bien me caler. Et figurez vous qu'en plus de toutes les horreurs que vous venez de lire et bien j'adore les abats, tous les abats, bien sûr en plats bien consistants et épicés, mais pour un en cas de retour de marché je fais plus simple : une de mes recettes préférées est le Coeur juste saisi avec ail, persil et vinaigre.


Coeur Ail et Persil façon retour du Marché ...

 
Ma recette par personne :
un coeur d'agneau ou de mouton (en plus du votre)
une gousse d'ail dégermée et hachée
une cuillère à soupe de persil frais ciselé
vinaigre (là j'ai pris du balsamique)
huile pour la friture
sel
gros sel ou fleur de sel
poivre du moulin

Dans une poêle mettre un tout petit peu d'huile juste pour saisir le coeur. Je rince le coeur et je le met entier (mais déjà préparé en "escalopine" par mon boucher) dans la poêle chaude. Bien marquer le coeur sur les deux faces à feu assez vif pour le garder saignant. à la fin de la cuisson rajouter la moitié de l'ail et du persil, et arroser d'une bonne lichette de vinaigre. Retirer du feu et à ce moment seulement couper le coeur en morceaux bien rosés et tendres. Dresser et rajouter le reste d'ail et de persil. Saler et poivrer.
C'est simple et rapide. Rien d'extraordinaire, mais j'adore et c'est une des photos les plus difficiles de ce blog, car j'avais très envie de me régaler alors qu'il fallait faire la photo. J'ai pratiquement mangé debout et très vite pour le coup ...


C'est quand mon prochain jour de marché ?


Copyright 2005-2008 www.lescasserolesdenawal.fr Tous droits réservés ©

vendredi, septembre 23, 2005

Confit d'Oignons jaunes aux Pruneaux



M
ardi soir j'ai frôlé le "drame", oui le drame Mesdames Messieurs ... Pourquoi ?

Et bien je n'avais plus de confit d'oignons rendez vous compte, alors qu'une jolie terrine de poulet à l'estragon exaltait ses saveurs en attendant de finir tranchée dès le lendemain.
En temps normal j'aurai fait l'acquisition d'un de ces jolis bocaux tout prêts renfermant un délicat confit aux raisins blonds, mais ce Blog Culinaire et ma présumée "science" en Blogologie Culinaire, m'ont retenus de recourir à cette éventualité bien tentante. Il faut dire que je devais déjà secrètement "culpabiliser" à cause de la visite impromptue et non avouée de l'Homme au casque rouge et aux boîtes carrées en carton cette même semaine. Non sûrement aucune cause à effet, mais me voilà à l'heure de regarder un doc à la Télé ou mieux de lire, préparant avec entrain mon confit d'oignons jaunes aux pruneaux.


Bon je dois aussi dire que là, remisée au placard la Bloggeuse Culinaire précise, c'est à dire que j'ai cuisiné à ma façon à moi sans balance culinaire ni mesures, mais avec mon pif comme d'habitude. Pour mettre en ligne la recette aujourd'hui j'ai fait une simulation voire même une reconstitution, sachant que le bocal aura tenu deux petits jours à peine. Vais être obligé d'en refaire ...


Pour un bocal éphémère de Confit d'oignons jaunes aux pruneaux :


4 oignons moyens (415 grammes pour moi avec les doublures d'oignons ...)
2 cuillères à soupe d'huile d'olive
10 grammes de beurre (ou une cuillère à café de beurre)
6 graines de coriandre écrasées
1 morceau de sucre roux
1 cuillère à soupe de sirop de grenadine
6 pruneaux dénoyautés et hachés grossièrement
6 cuillères à soupe d'eau
2 cuillères à soupe de vinaigre Balsamique
10 cuillères à soupe de vin rouge. (ou de l'eau)
quelques brins de thym frais ou séché
2 à 3 feuilles de laurier
sel
poivre du moulin

Dans une cocotte en fonte mettre l'huile et le beurre, rajouter et faire suer les oignons jaunes émincés à feu très doux jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides, soit environ dix à quinze minutes.
Rajouter les graines de coriandre écrasées, le morceau de sucre roux, la cuillère de grenadine, le thym et le laurier. Sel et poivre.
Prolonger la cuisson de vingt minutes toujours à feu doux, afin de colorer les oignons. Enfin j'ajoute les pruneaux hachés, l'eau, le vinaigre balsamique, le vin rouge et je continue la cuisson quinze minutes jusqu'à réduction presque complète, selon votre goût.
Ce confit d'oignons jaunes est meilleur le lendemain, et personnellement je le préfère froid. On peut remplacer les pruneaux par des raisins secs blonds pour une autre variante fort goûteuse.



J'ai re testé pendant ces deux jours, dans un souci d'exactitude dans ma pseudo recherche de goûts : en nombreuses tartines sur du bon pain aux noix, avec terrine de poulet, mousse de canard et encore foie gras. Ultime essai et pas le plus convaincant avec du corned beef bien épais.
Oui je vous l'accorde mon abnégation et mon dévouement sont remarquables ...


Copyright 2005-2008 www.lescasserolesdenawal.fr Tous droits réservés ©
Index des recettes

vendredi, septembre 09, 2005

Dattes fourrées à la pâte d'Amande


J'étais tranquillement chez moi au calme, m'entraînant sérieusement pour décrocher le titre de "Poil en pogne", délaissant la toile quelques jours pour rattraper mon retard de lecture, quand mon portable sonne .. :

> "On arrive dans dix minutes et j'espère que tu as un truc sucré à grignoter ?!"



Petit moment de solitude, pendant lequel je repense très fort à mes Taties Paternelles ressemblants fortement à des personnages de "La Petite Maison dans la Prairie", chez elles quelque soit l'heure à laquelle vous vous pointez, il vous semblera que la cafetière est chaude et prête à l'instant, tenant compagnie par son arôme aux effluves d'un gâteau lui aussi au timing précis.

De plus je n'ai jamais compris comment elle s'arrangeaient pour toujours êtres nickel avec leurs beaux chignons et dans leurs tabliers de catalogues ...

Et bien ce n'est pas mon cas, d'abords quand je lis je ne porte pas de tablier de cuisine et pas de café ni de gâteau à l'horizon. Nous voilà bien il ne reste que huit minutes avant la séance intensive de papotages.
Pas d'oeufs, pas d'inspiration, pas assez de temps, trop chaud pour allumer le four, reste plus qu'à récupérer dans mon réfrigérateur un de mes boudins de pâte d'amande de dépannage, car loin de moi l'idée de faire ma pâte d'amande maison habituelle là de suite.
La recette et l'exploit de vitesse ce sera pour une prochaine fois. J'ai aussi des Dattes, pardon je voulais dire que j'ai aussi à ma disposition les Meilleures Dattes au Monde of the World, des Dattes d'Algérie bien sûr de véritables Deglet Nour en provenance directe des Palmeraies ensoleillées du Sahara. C'est décidé elles veulent du sucré elles vont en avoir avec mes dattes fourrées minute à la pâte d'amande.

Dattes fourrées à la pâte d'Amande

Pour faire bonne figure :
Des Dattes Deglet Nour d'Algérie
1 pâton de pâte d'amande
sucre semoule cristallisé
et beaucoup d'amitié pour se motiver ...
En moins de cinq minutes chrono, découper votre pâton de pâte d'amande en petits rectangles de la taille (un peu plus petit en fait) d'une datte. Faire des petits boudins avec chaque rectangle de pâte. Fendre les dattes pour en extraire délicatement le noyau.
On remplace chaque noyau par un boudin de pâte d'amande, jusqu'à non pas votre épuisement mais celui des dattes ou de la pâte d'amande. Pour le plaisir de l'oeil je marque de trois coups de couteau chaque surface de pâte d'amande rebondie, puis je roule les dattes fourrées, toujours en surface dans un peu de sucre cristallisé. Servir avec un Thé à la Menthe aux pignons.

Vite j'ai encore le temps de me faire un chignon ... avant qu'elles arrivent !



Copyright 2005-2008 www.lescasserolesdenawal.fr Tous droits réservés ©
Index des recettes